Bulletin trimestriel

Un bon temps pour investir : après les marchés baissiers

Les marchés volatils ne sont ni nouveaux ni inhabituels. Si le comportement récent du marché vous inquiète, rappelez-vous que les marchés remontent généralement la pente pour afficher des rendements positifs dans l’ensemble.

Réfléchissez à ceci : Au mois de décembre 2010, le TSX a enregistré une hausse d’an de 13 pour cent. Le S&P 500 a augmenté de neuf pour cent au cours de la même période*. Ces hausses sont fidèles à ce que l’histoire nous raconte : à la suite d’un marché baissier, les marchés ont tendance à donner des rendements au-dessus de la moyenne.

Agir plus tôt au lieu de plus tard peut vous aider à vous positionner de façon à profiter de cette tendance,

Comment investir?

Bien qu’hésiter à investir de nouveau soit une réaction normale, ne rien faire peut signifier rater des périodes clés d’appréciation du marché – des périodes qui peuvent faire la différence entre atteindre ou non vos objectifs de placement.

Si investir vous rend hésitant, voici quelques points à prendre en considération. 

Les rudiments

Penser à long terme et avoir un portefeuille bien diversifié sont deux principes clés pour faire face à la volatilité.

La diversification est facile à atteindre. Je peux vous aider à bâtir un portefeuille bien diversifié et qui correspond à votre seuil de tolérance au risque.

Choisir le bon placement

Les polices de fonds distincts offrent plusieurs caractéristiques qui peuvent aider à vous protéger contre les risques potentiels liés à l’investissement. Je peux vous aider à déterminer quels instruments de placement fondés sur l’assurance tels les polices de fonds distincts  vous conviennent.

Bâtir le bon portefeuille

J’ai accès à des outils qui peuvent vous aider à déterminer la bonne combinaison de placements pour votre portefeuille de placement. Je peux vous aider à prendre des décisions basées sur votre situation particulière et votre seuil de tolérance au risque.

Obtenez régulièrement des conseils de sécurité financière

Il est important de vous rappeler que votre seuil de tolérance au risque peut évoluer au fil du temps. Par conséquent, garder le contact avec votre conseiller en sécurité financière est tout aussi important. De cette façon, vous disposerez de l’information actuelle et de conseils sur comment structurer votre portefeuille afin qu’il reflète votre tolérance au risque.

Que vous soyez à l’étape de l’épargne de votre programme de retraite ou que vous retiriez un revenu, je peux travailler de concert avec vous pour revoir votre programme et, le cas échéant, déterminer s’il y a des occasions pour vous d’y réinvestir.

*Source : Fun capital market facts, publié dans l’édition du 10 décembre 2010 du Globe and Mail.

Une description des principales caractéristiques de la police de fonds distincts est présentée dans la notice explicative.

Tout montant affecté à un fonds distinct est investi aux risques du propriétaire de la police et sa valeur peut augmenter ou diminuer.

Une survivante du cancer révèle pourquoi
« ça vaut la peine de s’assurer »

Karen Timchuk est la propriétaire d’une police d’assurance individuelle contre les maladies graves qui, face à une maladie grave, a pu conserver son programme de retraite sur la bonne voie. Voici son histoire.*

Vers la fin 2009, quelques années seulement après avoir souscrit sa police d’assurance, Mme Timchuk a souffert d’une douleur soudaine à l’abdomen et au dos, douleur qui s’est avérée provenir d’un lymphome non hodgkinien et d’un cancer du côlon. « Inutile de dire que décembre fut un mois sombre pour moi », précise Mme Timchuk. « La seule bonne nouvelle du mois fut le fait que j’allais recevoir 100 000 $. »

Elle s’est servi de ces fonds pour couvrir le coût des médicaments liés à la chimiothérapie non couverts par son régime de santé, prendre des vacances avec son conjoint entre les traitements de chimiothérapie et continuer de verser ses cotisations à son régime de retraite. 

« J’étais en congé d’invalidité longue durée et devais verser plus de 10 000 $ dans mon fonds de retraite pour les 11 mois de mon congé de maladie », explique Mme Timchuk. « Je prévois prendre ma retraite en 2014. Si je n’avais pas pu cotiser à mon régime de retraite, je ne pourrais pas prendre ma retraite à la date prévue. »

De savoir que le lymphome non hodgkinien peut récidiver inquiète également un peu Mme Timchuk, mais le montant des prestations qu’elle a souscrit lui a permis de se faire un petit coussin en cas de rechute.

Elle se dit heureuse d’avoir pris la décision de souscrire une assurance. Sa police comportait une surprime parce que ses parents avaient tous deux souffert d’un cancer. « La prime était d’environ 50 $ de plus par mois en raison de la surprime », explique-t-elle. « À ce moment-là, j’avais début quarantaine et je me sentais invincible », ajoute Mme Timchuk. « Même avec la surprime, je sentais que je faisais une bonne affaire. J’y crois et dis à tout le monde que ça vaut la peine de s’assurer. »

C’est important de ne pas oublier que des problèmes de santé sérieux peuvent frapper n’importe quand. Des événements imprévus peuvent faire dérailler votre programme de retraite pensé avec minutie et avoir un impact désastreux sur les finances de votre famille.

Imaginez devoir piger dans votre régime d’épargne-retraite (REER) ou cesser les cotisations afin de pouvoir faire vos versements d’hypothèque ou payer les médicaments. De telles situations vous exposent non seulement à plus d’impôt, mais peuvent aussi réduire votre coussin de retraite.

Planifier pour l’avenir, c’est plus que seulement épargner. C’est aussi planifier en cas d’imprévus.

Je peux vous donner de plus amples renseignements sur cette composante importante de votre programme complet de sécurité financière.

* L’information et les opinions fournies dans ce document n’engagent que son auteur, et elles peuvent avoir été abrégées par souci de concision.

Website Design For Financial Services Professionals | Copyright 2017 AdvisorWebsites.com. All rights reserved